La sophrologie au service de l’hypersensibilité

L’accompagnement avec un sophrologue certifié permet de se reconnecter au corps, d’apprendre à mieux se connaître et repérer les sensations physiques, les émotions, les pensées qui nous submergent parfois.

L’écoute des signes de notre corps permet de sortir du tourbillon du mental et nous ramène instantanément dans le moment présent. En quelque sorte, le corps nous parle, nous guide, c’est un véritable baromètre de notre état d’être.

Chez un hypersensible, il se peut que tout soit décuplé dans les sensations, les émotions. Etant plus empathique que la moyenne, il réagit plus facilement aux stimuli. Il absorbe les choses plus intensément, elles prennent plus de place dans sa vie quotidienne, il consume alors beaucoup d’énergie pour s’adapter.

Un hypersensible est plus sujet à l’hyperesthésie, c’est-à dire que tous ses sens sont stimulés de la même manière par quelque chose qui l’intéresse, que par quelque chose qu’il voudrait ignorer, le cerveau ne fait pas le tri des informations.

Prenons l’exemple du sens de l’audition. Dans une salle bruyante, l’hypersensible va devoir s’adapter et se concentrer fortement sur la conversation de la personne en face de lui, malgré le bruit environnant. Le cerveau ne va pas pouvoir ignorer le bruit autour. C’est identique pour la capacité visuelle, s’il évolue dans un environnement chargé, il va être très vite déconcentré, il va être plus sujet à la fatigue car il voit beaucoup d’informations autour de lui et se laisse déborder plus facilement par ses sens.

Pour lâcher prise et canaliser son énergie, un seul moyen, pratiquer régulièrement tout ce qu’on fait en conscience. S’entraîner psychiquement pour que ça devienne un réflexe. C’est une véritable discipline. D’ailleurs, le mot discipline vient du latin « discere » qui veut dire apprendre, intéressant n’est-ce pas ?

L’entraînement = discipline

On peut par exemple apprendre à placer son attention sur la respiration.

Chaque jour s’entraîner : porter son attention sur sa respiration, la sensation de l’air qui traverse nos narines, en gonflant l’abdomen ce qui étire le muscle du diaphragme et stimule le système nerveux parasympathique (le système de la relaxation). Ainsi en respirant de cette manière on stimule le nerf pneumogastrique (le nerf vague) qui remonte jusqu’au cerveau et envoie le message de stopper les hormones du stress.

De plus, l’attention ne peut pas être à deux places en même temps. Ainsi si on compte jusqu’à cinq en inspirant par le nez et cinq en expirant par la bouche doucement, ça nous permet de ramener l’attention dans le présent afin de débrancher le mental, la roue du hamster !

Canaliser son énergie sur des pensées utiles plutôt qu’inutiles qui génèrent des souffrances, des angoisses, du stress parfois des maladies. Les pensées utiles permettent à la créativité d’apparaître, de s’exprimer et de faire l’inventaire des pistes d’actions possibles pour sortir d’une situation difficile, complexe. Cette technique de sophrologie permet de ramener vers le réel là où on peut construire et passer à l’action.

Un hypersensible qui souhaite préserver son énergie se doit :

  • d’être plus vigilant à son horloge biologique
  • d’être plus conscient de son rythme de vie
  • de prêter d’avantage attention à son alimentation
  • et de favoriser les activités qui se font en pleine conscience comme la sophrologie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *