Pourquoi je devrais m’embêter à prendre le temps de respirer ?

Sophrologue Champhol

On ne se rend pas compte qu’on respire alors à quoi ça sert de prendre 5 minutes par jour pour respirer ?

Premier obstacle : prendre le temps

En tant que sophrologue à Champhol, certains de mes clients me disent que finalement ils respirent tout le temps et ne comprennent pas pourquoi ils devraient s’embêter à prendre le temps de respirer.

Avoir conscience de sa respiration permet de pouvoir agir sur ses émotions, sur son état de stress, de calmer ses angoisses, de chasser ses peurs, de s’apaiser. Quand on reprend le contrôle de sa respiration, on reprend le contrôle de son corps, et on peut amener son mental, son esprit dans la bonne direction, celle qu’on aura choisie, et par la suite reprendre confiance en soi.

La respiration, c’est un outil qui n’a aucune limite, utilisable par tout le monde, n’importe où, dans son quotidien.

En sophrologie, quand on apprend à respirer profondément on provoque une activation d’une certaine partie de notre système nerveux parasympathique, c’est un système qui a un effet apaisant sur divers organes dont le cerveau. C’est un va et vient, le cerveau force les poumons à respirer profondément ce qui active le système parasympathique, ce qui en retour provoque des adaptations au niveau émotionnel et donc un apaisement. Respirer de façon consciente c’est une façon de se contrôler soi-même.

La maîtrise de la respiration modifie le cerveau. Le cerveau s’adapte. Quand on développe sa respiration diaphragmatique, on apprend à abaisser les poumons pour dilater les parties inférieures, on observe alors dans la partie du cerveau qui sert à contrôler les mouvements du diaphragme que celle ci finit par se développer au fil de l’entrainement par plasticité cérébrale, comme une adaptation au niveau des neurones. Prendre le contrôle de son corps et par rebond le contrôle de ses émotions.

Deuxième obstacle : relâcher l’abdomen

Notre société est obsédée par le ventre plat, c’est un canon de la beauté. Je constate que beaucoup de gens peine à desserrer leur ceinture abdominale, car ils ont l’impression de perdre leur silhouette. Hors, la respiration diaphragmatique utilisée dans de nombreux exercices en mouvements ou statiques en sophrologie, mobilise le ventre qui se gonfle et se dégonfle.

La première étape quand on commence un parcours d’accompagnement avec un sophrologue, c’est d’apprendre à respirer, à vivre la respiration sans angoisse et puis faire cette magnifique découverte de l’adaptation du corps humain. Savez-vous qu’on ne respire pas comme on veut, on respire comment on a fabriqué sa respiration avec la croissance. Quand vous marchez dans la rue on est capable de vous reconnaître avec votre démarche et de la même manière lorsque vous respirez vous avez votre propre signature locomotrice. Si vous répétez chaque jour la respiration en conscience vous pourrez observer une modification de votre respiration. Cette simple technique va déjà en elle même, apporter un mieux être.

La respiration procure du bien être. Il y a 2700 ans les premières disciplines « corps – esprit » avaient bien compris l’impact de la respiration sur notre vie mentale. Le raja-yoga qui est à l’origine des différents exercices de sophrologie, s’appuie sur les ressources du corps pour développer le bien être de l’esprit.

Le cerveau c’est le poste de pilotage de la respiration, c’est de là que tout démarre. La chance c’est que ce pilote automatique, fonction végétative, vous pouvez en prendre le contrôle et décidez maintenant de pratiquer la respiration en conscience.

Exemple d’exercice de respiration en sophrologie : Le chauffage corporel ou respiration ventrale.

Vous êtes debout, dos droit, épaules relâchées, les pieds parallèles écartés de la largeur du bassin et les genoux sont souples. Posez soit une main juste au-dessus de l’ombilic et une main sur les lombaires, soit les deux mains au-dessus de l’ombilic.

Enchaînement à répéter 3 fois la tête droite :

  • Gonflez le ventre en inspirant profondément par le nez
  • Rentrez le ventre en soufflant par la bouche

Expérimentez cette respiration naturelle de confort, de repos, plus lente, plus calme et interrogez-vous sur l’intérêt de prendre 5 minutes par jour à respirer en étant présent, conscient.

 

Sources : Thomas Similowski, pneumologue et directeur de l’unité de recherche Neurophysiologie respiratoire expérimentale et clinique à l’INSERM. Vice-président de la Fondation du souffle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *